Sclérose en plaques

Si vous avez parcouru ce site Web, vous avez déjà compris que le neurofeedback NeurOptimal© n'est un traitement pour aucune condition… c'est un moyen d'entraîner le cerveau à devenir plus flexible et résilient.

 

Il y a en fait une distinction subtile mais importante. Les traitements sont basés sur des diagnostics : vous vous adressez à un médecin ou à un autre clinicien qui compte sur son expertise en matière de diagnostic et de traitement.

Avec la SEP, vous voulez quelqu'un qui interprète la recherche, qui a travaillé avec de nombreux patients, qui comprenne les différences subtiles dans la façon dont la SEP se présente et qui ait de nombreuses idées sur les approches de traitement qui pourraient vous convenir le mieux.

 

Avec le neurofeedback NeurOptimal, il n’est pas nécessaire de connaître votre diagnostic, et il n’y a pas de plan de traitement - nous permettons simplement au cerveau de se regarder en action et de l'entraîner à reconnaître le moment où il peut se libérer de ses chemins habituels… et il est souvent capable de trouver des voies alternatives qui réduisent ou même éliminent les symptômes.

Voici pour information le récit du premier client atteint de SEP qui s’est rendu à l’institut Cleveland Neurofeedback en Ontario, que j'ai particulièrement apprécié, d'où mon partage :

 

Don, a contacté Jean Alvarez en 2009 pour lui demander si le neurofeedback pouvait aider à soulager ses symptômes.

 

Jean a déclaré : « Je ne pense pas – le neurofeedback aide à améliorer la fonction cérébrale, mais si je comprends bien la SEP, c'est un problème de structure cérébrale – vous avez perdu une partie de la myéline isolante dans votre cerveau, donc les signaux ne sont pas capables de se déplacer efficacement le long des neurones.

Le neurofeedback ne peut pas remplacer la myéline, donc je ne vois pas en quoi cela pourrait aider », (depuis lors, nous avons appris que la SEP est plus compliquée que cela, mais c'est une autre histoire). Cependant, Don était assez désespéré et cherchait une façon pour se soulager des symptômes, alors il a décidé d'essayer quand même… après tout, ça ne pouvait pas faire de mal .

 

Bien qu'il ait eu des difficultés d'équilibre et de mobilité, son symptôme le plus frustrant était une incapacité à concentrer les deux yeux ensemble. La SP avait affecté son nerf optique gauche, il avait donc développé une habitude nécessaire de conduire l'œil gauche fermé. Après sa séance de neurofeedack, il est parti en disant qu'il verrait comment il se sentait et nous recontacterait s'il voulait essayer une autre séance.

 

Dix minutes plus tard, on frappait à la porte, et c'était Don : « Quand je suis arrivé au bout de l'allée, j'ai réalisé que je voyais clairement des deux yeux… Je veux m'inscrire à d'autres séances ! »

 

Don est le client SP qui est venu  le plus régulièrement, et voici ce que nous avons appris de lui. Le neurofeedback n'a pas guéri le problème de son nerf optique, mais presque à chaque fois qu'il est venu, le problème de vision a complètement disparu et sa vision est restée parfaite pendant 2 à 2 semaines et demie… puis elle recommençait progressivement à se dégrader. Ainsi, pendant cinq ans, jusqu'à sa mort subite d'une crise cardiaque, Don est venu toutes les trois semaines et a maintenu une bonne fonction visuelle pendant tout ce temps.

 

La plupart des autres clients du Cleveland Neurofeedback atteints de SEP sont des personnes qui vivent dans d'autres villes et sont venues à la clinique soit pour une visite unique de quelques jours, soit une fois tous les quelques mois lors d'une visite à Cleveland pour affaires.

 

Geoff rendait visite à sa sœur, qui l'encouragea à venir. Il n'a fait qu'une seule séance, mais a remarqué deux effets très frappants. À la fin de sa séance, il a déclaré : « Depuis que j'ai été diagnostiqué, j'ai l'impression qu'il y avait une couverture de laine sur mes jambes – je peux à peine ressentir la moindre sensation en elles. Au milieu de la séance, c'était comme si la couverture avait été enlevée et je pouvais sentir mes jambes très clairement. C'est merveilleux ».

Et puis, lorsqu'il s'est levé, il a immédiatement remarqué qu'il ne ressentait aucune chute de pied - il marchait facilement sans traîner les pieds.

 

Eileen est une personne qui est venue à Cleveland environ quatre fois par an pour les réunions du conseil d'administration, et s'est arrangée pour faire quelques séances de neurofeedback dynamique chaque fois qu'elle était en ville. Elle vivait avec la SEP depuis environ 30 ans et ses symptômes variaient en gravité, sans aucune raison qu'elle puisse reconnaître. Cela rendait difficile l'identification de l'impact précis du neurofeedback, mais elle a signalé qu'après ses séances, elle pouvait presque toujours dormir mieux/plus longtemps, penser plus clairement et marcher sans sa canne. Nous nous souvenons du jour où elle s'est dirigée vers l'ascenseur après sa séance et son mari Paul, qui l'attendait, lui a dit : « Hé Eileen, ralentis… tu ne marches pas si vite d’habitude ! »

 

Il y a eu également plusieurs personnes qui sont venues pour une seule session et qui n’ont subi aucun changement. Il n’y a aucun moyen de savoir s'il s'agit de personnes dont la SEP n'allait jamais répondre au neurofeedback, ou si elles auraient pu constater une amélioration de leurs symptômes si elles avaient pu venir pour une série de séances.

Néanmoins, comme toutes les conditions avec lesquelles vous pouvez venir à l'entraînement cérébral, plus vous ferez de séances, plus vous aurez de chances d'avoir des changements positifs. 

Venez tester par vous-mêmes avec un praticien certifié en neurofeedback dynamique à 5 mins de Saint-Etienne (42), au Château de Valbois, dans un cadre d'exception.